Maladie de l’olivier : les problèmes expliqués

pour l’atténuation des changements climatiques L’ olivier

Mme Oumkaltoum Krimi Bencheqroun, Chercheur Olivier — INRA Meknès

A découvrir également : Comment entretenir un bougainvillier ?

L’ agriculture est au cœur des secteurs touchés par le changement climatique, qui se manifeste par une forte hausse de la température terrestre, la sécheresse, les inondations, la déforestation et l’érosion. Le secteur agricole est non seulement en mesure de contribuer efficacement à atténuer les effets du changement climatique sur la terre, mais il est également responsable de 14 % des émissions de gaz à effet de serre. Il subit certainement les effets négatifs de ces changements, car il représente le plus grand consommateur d’eau et représente ensuite 70% de la solution à ce problème au niveau des pays en voie de développement, y compris le Maroc.

A lire également : Culture du poivron : tout savoir

Selon les données de la FAO de 2012, l’agriculture utilise plus de 85% de la réservedans la région de l’Afrique du Nord et du Proche-Orient (MENA) et il convient de noter que, dans cette zone géographique, le niveau des ressources en eau intérieure renouvelables par an et par habitant est parmi les plus faibles du monde. En fait, il est d’environ 609 m3/habitant/an contre une valeur moyenne mondiale de 6080 m3/habitant/an, sans oublier que cet indicateur tend à diminuer de 50 % d’ici 2050 dans cette région MENA, connue pour son aridité et son climat rigoureux. Cette situation critique de l’eau a incité les décideurs à réfléchir d’urgence à des solutions efficaces et pertinentes pour minimiser les effets du changement climatique sur la productivité agricole grâce à la réglementation et à la rationalisation de l’utilisation de l’eau dans ce secteur. D’autant plus que ces dernières années ont été marquées par une diminution significative des jours de pluie par campagne agricole, une réduction significative des précipitations et une mauvaise répartition desprécipitations au cours de l’année. D’où l’importance de la question de l’eau et de son impact sur l’agriculture et, par la suite, la stratégie d’adaptation de l’agriculture aux nouvelles données climatiques.

La situation ci-dessus explique l’intérêt considérable et croissant accordé ces dernières années aux espèces de plantes rustiques, qui se distinguent par leur tolérance à la sécheresse, leurs besoins en eau réduits et leur grande adaptabilité aux différents types de terrains, même aux terrains les plus pauvres et accidentés. En outre, l’augmentation anormale de la température terrestre qui provoque la sécheresse, a mis en évidence l’intérêt des espèces végétales caractérisées par une mauvaise efficacité de l’utilisation de l’eau comme les oliviers. En effet, ce dernier a longtemps été victime de sa robustesse puisqu’il n’était considéré qu’un arbre fruitier à part entière. L’adhésion de l’Espagne à l’Union européenne (UE) en 1986 a nécessité une modernisationde l’olivier depuis 30 ans dans ce pays, qui s’est engagé à adapter le volume de sa production à la nouvelle demande d’olives de table et d’huile d’olive. D’autre part, les nombreuses vertus de l’huile d’olive et ses multiples bienfaits pour la santé humaine sont constamment confirmés par les résultats d’une recherche médicale assez avancée. En fait, au cours des deux dernières décennies, les qualités diététiques, médicinales, nutritives et organoleptiques de l’huile d’olive, dont la qualité répond à la rigueur et aux exigences des normes internationales, ont été bien consolidées. pays producteurs, car c’est un arbre méditerranéen par excellence.

D’ un point de vue écologique, la robustesse de l’olivier justifie son expansion à grande échelle au niveau du bassin méditerranéen et montre que cet arbre a pu s’adapter aux fluctuations du climat méditerranéenconnu pour son automne froid et pluvieux en général et son été chaud et sec. Les espèces d’arbres ne sont pas limitées par la nature du sol. Cela fait de lui « LE LÉGUMES RICHES DE PAOVRES SOLIDES » et le place ainsi parmi les grands protecteurs de l’environnement. Son adaptabilité aux zones montagneuses à terrain accidenté est un moyen efficace de fixer le sol et de contrôler les facteurs d’érosion.

Quelques secrets du BENI TREE :

Les résultats de recherches internationales danumères ont mis en évidence certaines des caractéristiques spécifiques de l’olivier derrière sa capacité d’adaptation aux changements des conditions environnementales. Dans ce document, j’essaierai de passer en revue certaines des caractéristiques de cet arbre étant donné leur relation à l’atténuation des effets du changement climatique sur la terre. Par conséquent, ces spécificités sont les suivantes :

  • L’ annexe photo de l’olivier de plus de 5000 ans montre sa capacité à défier la gravité et lefluctuations dans les conditions extérieures et explique sa longue longévité.
  • L’ olivier est l’une des espèces d’arbres caractérisées par ses feuilles persistantes. Contrairement à la plupart des espèces d’arbres, ce dernier ne perd pas complètement les feuilles en automne, car elles sont renouvelées, en moyenne, pour une période de temps.3 ans. C’est donc l’un des arbres capables de maintenir sa beauté verte et naturelle malgré la succession des quatre saisons de l’année. De même, il convient de noter que les feuilles de l’olivier sont caractérisées par la présence de poils du détecteur sur leur face inférieure. Cela leur permet de retenir l’humidité en continu au fil du temps. Cette spécificité serait probablement liée à l’explication de la beauté vivace de cet arbre comme on peut le voir sur la photo de l’olivier vieux de 5000 ans. De plus, son feuillage dense et persistant lui confère une capacité d’absorption élevée de Carbonne (CO2). Sanscompte que sa façade étendue est capable de réduire l’intensité des pluies torrentielles et de lutter contre l’érosion, car elle facilite le ruissellement et l’infiltration d’eau dans le sol.
  • Le système racinaire de l’olivier est robuste et se caractérise par un développement important qui parvient à fixer le sol, à combattre l’érosion et à puiser les eaux profondes. De même, ce système racinaire a une grande adaptabilité aux différents types de sol, car son développement est fortement influencé par les caractéristiques physico-chimiques du sol, sa structure et sa texture. Dans certains pays du bassin méditerranéen, certains experts du domaine ont mentionné la présence d’oliviers avec des racines jusqu’à 6 m de profondeur.
  • L’ olivier est l’une des espèces végétales les moins exigeantes dans l’eau. En fait, environ 80 % de l’oliveraie mondiale est séchée pour la subsistance et la production. En raison de sa tolérance à la sécheresse et de sa flexibilité des’adapter aux fluctuations des conditions climatiques, la culture de l’olivier est praticable sous un régime hydrique compris entre 100 et 800 mm/an. Dans une situation de détresse hydrique, l’olivier réagit d’une réduction marquée des échanges avec l’extérieur. Il ferme les stomates dans le but de préserver l’eau dans l’arbre, d’empêcher son séchage et enfin d’assurer sa survie.
  • L’ olivier est spécifié par une bonne efficacité de l’eau. Ce critère est d’une grande importance en termes d’atténuation des effets du changement climatique et de lutte contre la sécheresse qui en résulte. En effet, il faut se rappeler que, dans des situations extrêmes, l’olivier préfère la rareté de l’eau plutôt que son abondance, car la grande disponibilité de l’eau et sa stagnation pourraient provoquer l’asphyxie de l’arbre, alors que dans une situation de grand stress hydrique, cet arbre déploie toute sa capacité naturelle pour l’objectif de sonSurvie sans oublier que la force de son système racinaire et son grand développement facilitent l’accès à l’eau à des niveaux élevés de profondeur. De même, dans toutes les situations aquatiques, l’olivier montre une grande capacité à adapter l’intensité de la floraison et de la fructification. Ceci explique en partie la faible productivité de la culture de l’olivier pendant les campagnes de sécheresse, tant que les rendements de l’olivier sont étroitement liés à ces deux étapes de production : la floraison et la fructification.
  • Par rapport à la plupart des arbres fruitiers, les oliviers ont un besoin modeste en eau et, pour qu’ils atteignent leur potentiel productif réel, l’approvisionnement en eau de cet arbre se limite à une simple correction du déficit hydrique causé par la sécheresse.
  • En fin de compte, l’olivier cultivé, Olea—Europea.L, est l’une des espèces végétales qui contient une grande richesse et une grande diversité génétique. À l’état actuel,plus de 2000 variétés sont identifiées et cultivées dans le monde entier. En outre, la tolérance à la sécheresse, comme la résistance aux maladies et aux ravageurs, figure parmi les traits fortement influencés par le facteur variétal. D’où la valeur des preuves comparatives des variétés d’olives à la recherche de la meilleure performance et la plus appropriée pour la sécheresse. Ceux-ci offrent la possibilité d’optimiser l’efficacité de l’utilisation de l’eau dans la culture de l’olivier. En outre, les outils d’amélioration génétique des plantes sont capables d’augmenter la résistance à la sécheresse chez les espèces cultivées de l’olivier en croisant certaines variétés pour l’intérêt de leurs traits et sous-espèces telles que l’olive Laperine (la personne qui l’a proposé), très répandue dans les zones climatiques. Il dépasse la gravité du climat méditerranéen.

En conclusion, toutes les caractéristiques et spécificités ci-dessus nous rappellent que l’olivier est bon pour la santé etl’environnement et informe de sa contribution à l’atténuation des effets néfastes des changements climatiques sur la terre.