Actu

Améliorer son pouvoir d’achat en vendant en viager : comment et pourquoi ?

L’âge de départ en retraite en France va augmenter comme c’est le cas dans plusieurs pays européens. Mais l’augmentation de l’âge de retraite va-t-elle augmenter la pension perçue par les retraités ? Sans doute pas ! Alors, pour améliorer le pouvoir d’achat, les retraités se doivent de trouver des alternatives. La vente en viager est justement une très bonne alternative que nous allons aborder longuement et clairement dans cet article.

Qu’est-ce que la vente en viager ?

 

A lire aussi : Comment savoir si on capte la 4G chez soi ?

La vente en viager consiste à vendre un bien immobilier, mais de façon très particulière. Au lieu de percevoir l’entièreté de la somme, le vendeur (ou crédirentier) ne perçoit qu’une partie de celle-ci qu’on appelle le bouquet au moment de la vente. Il percevra en compensation une rente jusqu’à la fin de sa vie, ce qui permettra d’améliorer son pouvoir d’achat.

Selon la loi, le bouquet (le capital perçu par le vendeur) n’est pas obligatoire. Toutefois, le vendeur peut l’exiger et le bouquet correspond en général à 30% de la valeur du bien.

A découvrir également : Comment faire une piñata ?

Quant à la rente, elle est fixée en fonction de plusieurs critères, à savoir « l’âge et espérance de vie du crédirentier, la valeur du bien et les loyers que pourrait percevoir le crédirentier si le logement était loué ». En fonction du contrat, cette rente peut être perçue de façon mensuelle, trimestrielle ou annuelle.

Dans la vente en viager, la rente est dite réversible. Ainsi, si la rente devait être reversée à un couple de retraités, en cas de décès de l’un, l’autre continuerait à percevoir la somme totale de la rente jusqu’à son décès imprévisible.

Qui peut vendre en viager ?

Selon la loi française, « toute personne capable juridiquement peut vendre ou acheter un logement en viager ». Il faudrait se référer à la loi française pour comprendre exactement ce qu’elle entend par « capable juridiquement ». Dans tous les cas, si vous avez toute votre capacité à analyser et que vous avez un bien immobilier, rien ne vous empêche de vendre en viager.

Cependant, cette technique de vente un peu particulière est plus intéressante pour les retraitées. En vendant en viager, un retraité peut donc améliorer son pouvoir d’achat tout en jouissant du logement jusqu’à son imprévisible décès. Il peut également profiter du bouquet et partir en voyage pour laisser le bien au libre accès de l’acheteur.

Autres points à savoir sur la vente en viager :

Un bien immobilier nécessite des entretiens et des frais annexes. Ainsi, il est important de déterminer la part de responsabilité de chacun (vendeur et acheteur) dans un contrat de vente en viager. Si ces détails ne sont pas mentionnés dans le contrat, voici à quoi la loi française fait référence :

  • Si le bien est occupé par le vendeur retraité en usufruit, ce dernier devra s’occuper des frais d’entretien, payer la taxe d’habitation, la taxe foncière, la taxe d’enlèvement des ordures ménagères et les factures d’énergie. Les grosses réparations sont toutefois à la charge de l’acheteur.
  • Si le bien n’est plus occupé par le vendeur, l’acheteur devra s’acquitter de toutes les charges.