Quels revenus sont pris en compte pour la taxe d’habitation ?

La taxe sur le logement, qui fait partie des taxes locales, doit être payée par les personnes qui occupent un logement le 1er janvier de l’année d’imposition. Tous les types de statuts sont concernés : propriétaires, locataires et personnes logées gratuitement.

L’abolition de la taxe sur le logement pour 80% de la population est l’une des mesures phares du quinquennat d’Emmanuel Macron. Le gouvernement a décidé d’une élimination progressive qui a duré jusqu’en 2020. Depuis l’automne 2018 , Des réductions de 30 % ont été appliquées pour les ménages concernés . Cette baisse s’est poursuivie et permet désormais aux mêmes ménages de bénéficier de 100 % de la remise. Pour savoir si vous êtes concerné, vous pouvez utiliser le simulateur.

A voir aussi : Comment construire une maison avec peu de moyen ?

Par ailleurs, savoir qu’il ya déjà des cas d’exemption ou de réduction de la taxe sur le logement . Si vous vivez avec de faibles revenus, recevez certaines allocations ou vivez dans un certain type de logement, vous pouvez bénéficier d’une exemption automatique ou de réduction. Si ce n’est pas votre cas, mais que votre situation est légitime, vous pouvez également présenter une demande au Centre fiscal (voir le modèle de lettre).

Si vous voulez des avantages de l’information sur l’impôt sur le logement, qui peut être exempté de celui-ci et comment demander un rabais, lisez notre Guide de l’exemption d’impôt sur le logement 2020.

A découvrir également : Comment choisir la bonne agence immobilière ?

.

Résumé

Comment fonctionne la taxe sur le logement ? Qui est concerné par sa suppression ?

Exonération de la taxe sur le logement et allocation

Exonération de l’impôt foncier 2020 automatique selon la nature de votre revenu

Qui ne paie pas la taxe sur le logement selon le type de logement ?

Comment puis-je demander une exonération de l’impôt foncier ?

Comment fonctionne la taxe sur le logement ? Qui se préoccupe de sa suppression ?

Il y a un total de 4 taxes locales . Leur vocation est de soutenir les autorités locales. Ils financent des coûts qui entrent dans le bien commun, tels que l’école, les services sociaux, les infrastructures sportives et culturelles ou les initiatives environnementales.

La taxe sur le logement appartient à cette catégorie d’impôt. Ainsi, toute personne déclarant occuper un logement doit payer cette taxe . Cela s’applique aux propriétaires, aux locataires et même aux personnes hébergées gratuitement.

Près de 30 millions de logements sont touchés par la taxe sur le logement. Son montant n’est pas fixe, mais varie en fonction de votre emplacement, de la valeur de votre logement et de votre situation personnelle. Ainsi, le calcul prend en compte la composition de la la famille et les ressources que reçoivent tous les habitants du logement.

Le montant de la taxe sur le logement dépend à la fois :

  • La valeur locative cadastrale de votre logement : cette valeur dépend de la zone résidentielle, de la superficie du logement, des installations possibles telles qu’une piscine
  • Les allocations applicables en fonction de votre situation (famille, ressources, invalidité)

Attention, l’impôt doit être payé si vous occupez un logement le 1er janvier de l’année d’imposition . Cela signifie que si vous déménagez, vous paierez la taxe sur votre ancienne habitation, celle habitée le 1er janvier.

Contrairement à ce qui est souvent pensé  : il n’y a pas de prorata temporis appliqué à la taxe sur le logement. Pour comprendre, si vous vivez dans un logement dont l’impôt est cher le 1er janvier et que vous déménagez dans un logement qui génère une taxe moins chère, il n’y a pas de taux « décroissant » en fonction du temps passé dans le logement. Une seule date est valable dans le calcul de la taxe, janvier.

D’autre part, certaines situations vous permettent de bénéficier de ce que l’on appelle un remboursement de la taxe sur le logement (c’est – à – dire une réduction) ou une exonération de la taxe sur le logement , à savoir son effacement pur et simple.

Le gouvernement a aboli la taxe sur le logement pour environ 80% des ménages en 2020 . Le programme a débuté en 2018 et a duré 3 ans.

Depuis 2018, des réductions de 30 % à 65 % de la taxe sur le logement ont été appliquées aux ménages à faible revenu. Informer les gens éligibles, les pouvoirs publics ont mis en place un simulateur. Utilisez le lien ci-dessous et complétez la procédure très simple à savoir si vous êtes concerné.

Accès au simulateur d’impôt sur le logement —

Exonération de la taxe sur le logement et allocation

Tout d’abord, sachez que l’exonération ou la réduction de la taxe sur le logement ne peut s’appliquer qu’à un logement principal . Toutefois, le Gouvernement a statué sur plusieurs cas pour lesquels la taxe sur le logement a été annulée ou réduite.

  • Selon la nature de votre revenu : Si vous recevez certaines allocations ou pensions (voir ici) et qu’elles ne dépassent pas la limite des ressources, vous bénéficiez d’une exemption automatique
  • Selon le type de logement occupé  : étudiants de la ville universitaire, location de services rendus à une personne âgée ou simplement le fait de ne pas avoir de résidence à la date du 1er janvier (ex : hébergement à l’hôtel). Dans ces cas, vous serez exonéré de l’impôt sur le logement.
  • Vous obtenez de faibles revenus  : Il est possible de demander une exemption auprès du centre fiscal dont vous dépendez. Cette demande sera examinée et éventuellement accordée dans son intégralité ou sous forme de réduction.

Exonération de l’impôt foncier 2020 automatique selon la nature de votre revenu

Pour être exempté du paiement de la taxe sur le logement, 2 conditions cumulatives doivent être remplies. Tout d’abord, il est nécessaire d’appartenir à l’une des situations suivantes à compter du 1er janvier 2020 :

  • Avoir plus de 60 ans
  • Être bénéficiaire de l’ASPA (Allocation de solidarité pour les personnes âgées)
  • Être bénéficiaire de l’AAH (Adult Handicap Allocation)
  • Être bénéficiaire de l’ASI (Allocation supplémentaire d’invalidité)
  • Être veuf, avec ou sans allocation de veuvage ou recevoir une pension de survivant
  • Recevoir une pension d’invalidité
  • Être étudiant et vivre dans une résidence universitaire (voir ci-dessous)

Ensuite, être exonéré de l’impôt sur le logement dépend de votre revenu fiscal de référence . Il y a des plafonds en fonction de votre situation familiale (exprimé en nombre d’actions).

Plafonds d’exonération de la taxe sur le logement (RFR 2019 à ne pas dépasser comme indiqué sur votre avis 2020) :

Nombre d’actions Taxe de référence Revenu de l’avis fiscal 2020 (revenu 2019)
1 partie 10.988€
1.5 part 13.922€
2 pièces 16.856€
2.5 pièces 19.791€
3 pièces 22.725€
1/2 part supplémentaire 2.934€

Bien sûr, payer l’ISF (impôt sur le patrimoine) vous interdit de bénéficier d’une exonération de l’impôt sur le logement. En outre, si vous êtes dans une situation d’exemption, mais qu’elle n’est pas appliquée dans la pratique, communiquer avec le centre fiscal dont vous dépendez afin que votre cas puisse être étudié.

Attention

 : Si vous percevez le RSF de base (sans revenu supplémentaire, donc un RFR à 0), vous bénéficierez automatiquement d’une exonération fiscale du logement. Toutefois, si vous recevez l’allocation spéciale de solidarité, vous ne serez pas exempté automatiquement. Dans ce cas, vous pouvez toujours en faire la demande et peut-être obtenir un remboursement ou une exemption (voir une lettre type).

Qui ne paie pas la taxe sur le logement selon le type de logement ?

Pour commencer, sachez que l’exonération de la taxe sur le logement ne peut s’appliquer qu’à un principal résidence. Ceci s’applique aux propriétaires, locataires et personnes logées gratuitement. Ensuite, en cas de déménagement, vous payez la taxe sur le logement occupé à la date du 1er janvier.

Cependant, certaines situations particulières existent :

  • Vous n’êtes pas locataire le 1er janvier (par exemple, vous avez quitté votre maison le 29 décembre et emménagé le 03 janvier) : Vous n’êtes pas redevable de la taxe sur le logement
  • Vous êtes étudiant et vous louez votre logement chez CROUS (ou organisation correspondante)  : Vous bénéficiez d’une exemption d’office. Attention, ce n’est plus le cas si vous louez à un particulier
  • Vous louez une chambre avec une personne âgée, mais payez votre loyer en tant que service (tâches ménagères, travail…) : Vous n’avez pas de contrat de location et vous ne serez pas soumis au paiement du logement impôt

En dehors de ces situations, il est également possible d’obtenir un allégement de la taxe sur le logement en l’absence d’exemption .

Un redressement peut être appliqué dans les situations suivantes :

  • Vos ressources sont modestes  : votre revenu fiscal de référence dépasse les limites des ressources, mais vous devez faire face à de réelles difficultés financières (par exemple, si vous êtes en situation de surendettement). Il est possible de demander une réduction de la taxe sur le logement au Centre fiscal (voir la procédure)
  • Vous êtes réinstallé à la suite de la démolition de votre maison et cette nouvelle maison entraînera une augmentation de votre taxe sur le logement. Vous pouvez demander un remboursement en fournissant les pièces justificatives au Centre fiscal.

Comment puis-je demander une taxe résidentielle exemption ?

Si vous ne remplissez pas les conditions d’une exemption automatique ou d’une réduction de la taxe sur le logement, vous pouvez en faire la demande si vous estimez que cela est légitime, surtout si vos ressources ne vous permettent pas de résister à son paiement.

Communiquez ensuite avec le Centre fiscal pour faire une demande exceptionnelle. exonération ou allégement de la taxe sur le logement. Pour cela, vous pouvez :

  • Envoyer du courrier (l’adresse apparaît sur votre feuille fiscale)
  • Rendez-vous directement au centre fiscal : vous allez ensuite signer une carte de visite

Votre demande doit être signée et contenir tous les éléments pertinents à votre identification  : Nom, prénom, adresse et numéro d’impôt ainsi que le montant dû de votre taxe de logement.

Indiquez également la raison de votre demande en l’appuyant (perte de ressources, attestation de CAF, RSA, livret familial…). L’objectif est de justifier une demande de réduction ou d’annulation de la dette.

Nom et prénom Coordonnées complètes

Centre fiscal de (votre emplacement)

Lieu, date du courrier

Objet : Demande d’exemption de la taxe sur le logement

Madame, monsieur,

Le (date), j’ai reçu pour mon logement situé à (votre adresse) l’avis de paiement de la taxe de logement. Cependant, je ne suis pas en mesure de payer cette dette pour les raisons suivantes : (expliquer la raison ou les raisons de votre demande d’exemption).

Jois à cette lettre les documents justifiant ma situation. Par conséquent, je vous serais reconnaissant de bien vouloir m’accorder l’exonération de la taxe sur le logement pour le logement où je réside.

Je suis à votre disposition pour toute information complémentaire. S’il vous plaît, Madame, Monsieur, l’expression de mes salutations courtoises.

Veuillez noter qu’aucun séjour de paiement n’est dû à votre demande. Signature En fait, vous devez toujours payer votre taxe sur le logement sous peine de poursuites. De plus, sachez que le centre fiscal surveille attentivement le comportement des contribuables (si vous faites une déclaration à temps et à temps, si vous avez payé les années précédentes, si vous êtes volontaire pour régler une partie de votre dette). Tous ces éléments peuvent vous être crédités ou, au contraire, vous être préjudiciables dans l’étude de votre cas.

Le centre fiscal dispose de 2 mois pour répondre (4 mois pour certaines demandes complexes, dans ce cas un courrier vous est envoyé). Votre demande sera considérée comme refusée si ce délai est écoulé.

Ce qu’il faut retenir : Tout le monde est autorisé à demander un réduction de la taxe sur le logement. En cas de ressources trop petites et de situation précaire, envoyez simplement votre demande au Centre fiscal. Votre dossier sera étudié de toute façon. Si vous avez un refus, il est également possible de demander un échelonnement de la dette.